Quatre façons de rester motivé

iStockphoto.com

Que vous ressentiez de la fatigue ou de l’ennui, essayez ces stratégies pour refaire le plein d’énergie

« Les rêves vous mettent en marche, et la discipline vous incite à continuer », selon Jim Rohn, auteur et conférencier motivateur. Les propriétaires de petites entreprises comprennent ce concept, mais même ceux qui s’investissent le plus peuvent perdre leur motivation. Épuisement, ennui, fatigue, ou même tout simplement une belle journée ensoleillée, tout cela peut faire dérailler la discipline et la concentration. Glenn Nishimura, directeur de Nishimura Consulting à Toronto, offre les conseils suivants pour vous aider à vous remettre sur les rails.

Si l’ennui vous envahit

« De nombreux entrepreneurs se sentent stimulés toute la journée parce qu’ils sont à la poursuite de leur rêve, dit M. Nishimura. Mais quand l’ennui vous envahit, vous perdez votre objectif de vue. » Afin de garder cet objectif à l’esprit, M. Nishimura vous suggère de vous brancher afin de mieux vous rebrancher. « Éloignez-vous, passez du temps à l’extérieur, ou avec votre famille, ou avec votre chien, explique-t-il. Quelquefois, la réponse est en nous. Nous avons tendance à rendre les choses plus compliquées, à chercher les réponses ailleurs, alors que nous n’avons qu’à nous libérer l’esprit pour trouver ce qu’il nous faut. »

Si la fatigue vous accable

M. Nishimura affirme que, dans un environnement d’entrepreneuriat, où les échecs peuvent être fréquents et où le fait d’être occupé est le prix à payer, l’épuisement vous guette à l’horizon. « La fatigue est mauvaise pour la santé, pour votre entreprise et pour l’ensemble de votre productivité », dit-il. Son conseil : passez du temps à l’extérieur de votre entreprise, idéalement dans un environnement différent. Le simple fait de changer de place peut être aussi efficace qu’une pause et, bien sûr, rien ne vaut une bonne nuit de sommeil réparateur.

Si l’épuisement vous gagne

Selon M. Nishimura, l’épuisement professionnel, ou burnout, est la conséquence d’une vie au travail poussée à l’extrême. Qu’il s’agisse d’un burnout physique, psychologique, émotionnel ou spirituel, on ne peut y résister, et c’est l’aboutissement d’un parcours effréné.

M. Nishimura indique que le burnout frappe plus particulièrement les entrepreneurs, qui travaillent souvent sans arrêt chaque jour, chaque minute. « S’ils en arrivent à un point où l’épuisement est émotionnel ou physique, ils en seront malades, et des mesures strictes devront être prises. Une journée de congé ou un long week-end ne seront pas suffisants. Il faudra prendre un mois de congé, ou encore embaucher un assistant. Il faudra aussi apprendre à faire confiance et à déléguer. »

Si les distractions vous déconcentrent

Les distractions sont une composante normale d’une journée de travail, dit M. Nishimura. « Vous voulez être disponible en tout temps, mais il faut trouver l’équilibre, sinon rien ne se fera. » Il suggère de fixer des limites à votre disponibilité, et de vous réserver du temps pendant lequel on ne pourra pas vous déranger. Ne vous contentez pas d’éteindre votre téléphone; laissez-le plutôt dans une autre pièce et désactivez votre alerte de courriels.

Et si le soleil brille? « Laissez le soin à quelqu’un d’autre de prendre vos appels, dit M. Nishimura. Donnez-vous la permission de sortir et de marcher, de reprendre contact avec la nature, de faire un peu de méditation. Le fait d’essayer de résister à l’appel de l’extérieur est beaucoup plus difficile que d’y céder. » N’hésitez pas à reconnaître que la motivation est comme le mouvement des marées. À « marée basse », prenez le temps de faire une pause; à « marée haute », surfez sur cette vague pour maximiser les résultats de votre travail. Vous atteindrez ainsi une forme d’équilibre.